Note de Conjoncture Novembre 2010

Télécharger

RESUME

Les prévisions du Produit intérieur mondial (PIM) à 4,8% se confirment avec, globalement, une croissance portée par les pays émergents et ceux en développement, notamment le Brésil (7,5%), l’Inde (9,7%) et la Chine (10,5%). L’inflation mondiale, sur un an, est estimée à 3,8 %, après 3,7 % le mois précédent. Cette évolution concerne principalement les grands pays émergents, même si certains pays avancés ont également subi les effets de la progression des cours des produits agricoles et du pétrole lors des derniers mois. Sur le marché des matières premières, en moyenne sur les 11 mois de 2010, la hausse des cours se poursuit, notamment pour le pétrole brut (29%), le blé (13%), le riz (19 %), mais également pour l’huile d’arachide (16 %). Sur le marché de change, l’euro poursuit sa dépréciation face aux principales devises. En moyenne sur les 11 mois de 2010 et comparativement à la même période de 2009, l’euro s’est replié de 4 % face au dollar. Concernant le Franc cfa, par rapport au Franc guinéen, à l’ouguiya et au dalasi, il s’est respectivement apprécié de 14 %, 1 % et 2 %. En revanche, il s’est déprécié de 2 % face au cedi et 4 % par rapport au naira.

L’activité économique interne, mesurée par l’Indice Général d’Activité (IGA), proxy du PIB hors agriculture, a enregistré, en moyenne sur les 11 mois de 2010, une croissance de 4,8%, à la faveur notamment de la bonne tenue des activités du secteur tertiaire (4,2%), et des taxes sur biens et services (12,6%). Entre octobre et novembre 2010, l’activité s’est légèrement améliorée de 0,6% du fait des résultats positifs enregistrés au niveau du secondaire (4,7%) et du tertiaire (5,6%). Ces performances ont largement compensé les baisses relevées au niveau du recouvrement des taxes sur biens et services (-12,2%) et du secteur primaire, notamment l’élevage (-34,6).

L’emploi salarié du secteur moderne a enregistré une hausse de 1,0%, au mois de novembre 2010, en variation mensuelle, du fait essentiellement des augmentations des effectifs du secondaire (1,5%) et du tertiaire (0,5%). Le mois de novembre est marqué par une baisse de 0,3% des prix à la consommation, en variation mensuelle, du fait essentiellement des reculs observés sur les produits locaux et importés, avec respectivement -0,3% et -0,4%. Les produits alimentaires ont également enregistré des baisses dans la quasi-totalité de leurs composantes. Sur un an, les prix à la consommation ont augmenté de 2,8%. Comparé à la même période de l’année 2009, les prix des produits locaux et importés sont ressortis en hausses respectives de 3,6% et de 1,1%. En moyenne annuelle, l’inflation s’est établie en hausse de 1,0% par rapport à 2009, soit en dessous du seuil communautaire fixé à 3%.

La compétitivité-prix de l’économie sénégalaise s’est améliorée de 1,3%, en novembre 2010, en variation mensuelle. Cette situation est attribuable au différentiel d’inflation favorable de 0,5% conjugué à la dépréciation du FCFA de 0,8% par rapport à la monnaie des principaux partenaires commerciaux. En glissement annuel, les gains de compétitivité sont estimés à 5,4% et en moyenne sur les onze mois de 2010, la compétitivité s’est confortée de 5,2% par rapport à la même période de l’année précédente.

S’agissant des échanges avec l’extérieur, en novembre 2010, les exportations de biens ont enregistré une hausse de 34,3%, imputable aux produits alimentaires (+30,6%) et pétroliers (+44,9%), au ciment hydraulique (+12,6%) ainsi qu’à l’acide phosphorique (+11,4%). Quant aux importations, elles ressortent en recul de 2,7% en variation mensuelle, du fait notamment des produits alimentaires (-10,6%), des machines, appareils et moteurs (-4,1%) et des véhicules, matériels de transport et pièces détachées (-16%). Ainsi, le déficit de la balance commerciale s’est réduit de 27,3 milliards (+39,6%) en passant de 67 milliards à 41,7 milliards entre octobre et novembre 2010. Le taux de couverture des importations par les exportations s’est amélioré de 6 points de pourcentage, par rapport au mois dernier, pour s’établir à 46,4%. En cumul à fin novembre 2010, les exportations de biens sont chiffrées à 924,4 milliards contre 790,5 milliards un an auparavant, soit une hausse de 16,9%. Pour la même période, les importations ont progressé de 1,7%, ressortant à 1 990,7 milliards, à fin novembre 2010. Par conséquent, il ressort un déficit de 104,4 milliards, sur les 11 mois de 2010.

Au titre des finances publiques, la gestion budgétaire, au cours des onze premiers mois de 2010, a été caractérisée par un accroissement soutenu des recettes budgétaires et une progression prudente des dépenses publiques. En effet, les recettes budgétaires ont enregistré une hausse de 14%, à fin novembre 2010, s’établissant à 1129,4 milliards contre 991,1 milliards un an auparavant. Quant aux « dépenses totales et prêts nets », ils sont estimés à 1449,3 milliards à fin novembre 2010, contre 1338,1 milliards, à la même période de l’année précédente, soit une hausse de 8,3%. Au total, le solde global base ordonnancement (dons compris) est évalué en déficit de 207,9 milliards, à fin novembre 2010, contre un déficit de 222,9 milliards, à la même période de l’année précédente. Quant au solde budgétaire de base (y compris PPTE et IADM), il dégage un déficit évalué à 131,1 milliards.

La situation projetée par les institutions monétaires, à fin novembre 2010, comparée à celle de la fin du mois précédent, est marquée par une augmentation des avoirs extérieurs nets de 17,5 milliards (2,1%), un léger renforcement du crédit intérieur de 7,2 milliards (0,4%) et, en contrepartie, une expansion de la masse monétaire de 24,7 milliards, qui s’établit à 2419,7 milliards.

Télécharger
fr
Newsletter